viernes, agosto 29, 2014

J'ai quelque chose à te dire...

Et comme ça cette histoire arrive à sa fin. J'espère au moins faire encore partie de ton univers, même si aucune interaction n'existe plus. Je pourrais le définir comme une sorte de tristesse, mais je commence à m'habituer à des telles situations et cela fait que ta disparition ne soit pas trop destructrice.

Je m'excuse de ne pas avoir exprimé mes sentiments. J'ai voulu les démontrer, plus que les exprimer avec des mots, mais apparemment cela n'a pas suffit. Je me trompe, peut-être... ou juste je ne sais pas démontrer l'amour.

L'amour est un phénomène que je ne peux pas comprendre. Je ne sais pas comment agir. Il constitue une partie importante de la vie humaine et je continuerai à le chercher. Je garde l'espoir qu'un jour je trouverai la réciprocité de l'affection que je donne. En attendant, je m'habituerai à trouver le côté agréable de la solitude.

Finalement tu as été une très bonne compagnie et je suis content que nos chemins se soient croisés. Quelle expérience intense!. Je pense que malgré le mal que cela me fait, le mieux qu'aurait pu passer c'est que tu arrêtes de me parler. D'après ce qu'on me dit, je suis une personne très "spéciale" et des fois le mieux c'est de s'éloigner de moi. Ça me fait super bien au cœur... mais du moins cette situation me relance dans ma recherche d'une autre vie. Une quête très complexe mais aussi très importante.


martes, agosto 26, 2014

Méditation

Chaque effort a une sorte de récompense... enfin, cela peut-être une façon de voir le monde, si l'on appelle une récompense à n'importe quel objet ou situation agréable qu'en général on trouve juste après un effort.
Cette nuit était belle. Belle comme peu d'autres nuits que j'ai déjà qualifié de belles. La nuit, la brume, les quelques petites lumières, une bonne musique, un petit vent qui rafraîchi mon être physique et qui rend heureux mon être métaphysique. Comme quoi le physique peut déclencher des réactions sur le non-physique.

Une nuit de rêve... ou, peut-être un rêve d'une nuit parfaite, dépaysante, satisfaisante. Un moment que je voudrais partager avec une ou deux personnes, mais que je garderais et tiendrais à l'écart du reste de l'humanité. L'humanité : un ensemble d'animaux capables de réfléchir, mais aveuglé par des histoires créées par ce même ensemble d'animaux. Je fais partie de cet ensemble et jusqu’à un certain point je dois être aveuglé aussi ; mais du moins pour l'instant je peux trouver le plaisir dans la nuit, dans la nature qui m'entoure.

J'aurais aimé partager cette nuit, mais ne pas l'avoir fait ne me rend pas triste non plus. Le jour où je partagerai ma stupéfaction arrivera un jour, et ça sera encore mieux que maintenant. En attendant je trouve le plaisir et la liberté de la solitude.

lunes, agosto 25, 2014

de première instance.

Estimado(as) RH

Mon client se trouve dans une situation très déstabilisante et cela est en grand partie à cause de vous.
Mon client se plaint de ne plus se trouver utile au monde actuel car aucun d'entre vous n'ose lui donner une chance de mettre en pratique ses compétences professionnelles dans un travail de cadre.

Mon client s'est donc mis à inventer des dizaines et dizaines de projets qu'il n'arrive plus à finir, à cause du manque de stabilité généré par vous et votre décision.

Il s'est mis à lire beaucoup d'articles, magazines et livres sur des sujets divers. Il s'est mis à regarder des films et il s'est aussi mis à faire du sport et à dormir, notamment car il a perdu la motivation pour faire autre chose.

Nous ne sommes pas encore allés voir un psychologue, mais je crains que mon client souffre d'une dépression chronique depuis quelque temps. Je vous blâme de vos choix. Je vous blâme de faire de la vie de mon client -ainsi que de la vie de beaucoup d'autres personnes- un enfer où ils ne trouvent plus un lieu dans ce monde pour eux.

Mon client ne compte pas désister. Mon client compte encore tenter ses chances et, si cela ne marche toujours pas, mon client est décidé à se faire entendre de lui même, sans passer par vous, car il a besoin de trouver sa place dans le monde.

sábado, agosto 23, 2014

Divagation.

Esto de querer escribir cada día es bastante complicado... aunque no imposible ;).
Hoy! Hoy pensé mucho en mi actual actividad laboral: mesero.
El día fue largo y el trabajo agotador; realmente agotador. ¿Qué tanto puede un lugar cambiar la vida de una persona? Supongo que la vida de las personas cambia con respecto a sus decisiones y sus decisiones son tomadas de acuerdo a sus proyectos, sus creencias o sus pasiones. ¿En qué punto estoy yo? ¿Cómo quiero cambiar mi vida? Comment et pourquoi... ou plutôt, pourquoi et ensuite comment?.

Me dijeron que la clave de la vida está ahí : Pourquoi et ensuite comment. Se supone que es la manera ideal de tomar decisiones, pero me lo dijo una persona que no está contenta con su vida. Tampoco está triste, simplemente está ahí, con una vida que le agrada lo suficiente para no acabarla, pero no lo suficiente para disfrutarla. Creo que esta persona tiene razón, o al menos desde un punto de vista lógico debería tenerla.
Creo que hay variables que no hemos tenido en cuenta. A veces actuamos sin tener realmente razones y sin saber a ciencia cierta cómo vamos a hacerlo, pero eso nos hace felices y termina por resultar. Eso también debe ser una especie de presencia de "Dios" en nuestras vidas, pero como êtres rationnels, aún no hemos metido eso en nuestra hipótesis de la clave de la vida.

Este post me acaba de dar una idea sobre el próximo tema de discusión con mi amigo :).


viernes, agosto 22, 2014

Ayer y hoy

No recuerdo lo que pensaba ayer.
Sí. Pensaba en una vida sin motivaciones. Es eso!
Una vida sin pasión, vacía. Busco en esa vida las metas, los objetivos, lo que la mueve, pero por más que busco no encuentro gran cosa. Esa vida está llena de amor para dar, pero de amor una vida no puede tenerse integralmente. Es una vida llena de amor, pero inútil en el mundo materialista en el que está.
Esa vida no va a dejar el mundo, pero necesita encontrar algo más que amor. Necesita sueños.

Hoy.
Hoy no pienso. Hoy leo y escribo. Corrijo y me doy cuenta que escribir en una "lengua extranjera" es crear toda una nueva manera de redacción. Las frases no son lógicas de la misma manera en francés y en español. Hoy escribo en español y corrijo en francés.
Hoy también escribí en francés; y creo que hice un mensaje perfecto en francés.
Hoy también necesito dormir un poco más, para que mi cerebro piense mejor. Él necesita descanso.